Gérer sa fatigue

Comme je vous l’expliquais dans mon dernier article, ces temps-ci, la fatigue est bien présente. Comme j’ai un boulot et un chien à m’occuper, je peux difficilement juste résoudre ce problème en dormant six jours d’affilés. Alors j’essaie de trouver des astuces, de mettre en place de nouvelles habitudes pour cette nouvelle saison. Je ressens cette fatigue plus ou moins à chaque changement de saison mais la période automne/hiver est certainement la pire – alors que c’est ma période préférée. Mais le changement de température, les gens encore moins patients que d’habitude, mon boulot, celui à la maison et mes activités passion me prennent du temps et de l’énergie. Comme c’est hors de question de changer mes habitudes pour juste être en forme pour travailler tous les jours – si je m’écoutais et si je pouvais ce serait mes passions avant tout – j’ai essayé de trouver des compromis entre chaque activité.

QQ.png

Déjà pour commencer, je me lève à heure fixe. C’est peut-être bête mais je réglais régulièrement mon heure de réveil par rapport à ma séance de yoga. Parfois je me levais à 07H00 du matin, d’autres fois à 06H30 et plus rarement à 06H00. Résultat, le rythme est inconstant, le nombre d’heures de sommeil varie et je ne m’y retrouve plus. J’ai donc fixé mon heure à 06H45 en calculant pour qu’une heure de yoga – qui est le maximum que je fais certains jours – passe tranquillement dans ma routine du matin. J’ai mis ça en place depuis deux semaines et je sens déjà que mon horloge interne s’est calée sur cet horaire et je n’ai plus besoin de trente-six réveils pour me sortir du lit.

Ensuite – et ce ne sera pas une surprise – je prends mon temps. Dans toutes les tâches que j’ai à faire, professionnellement ou personnellement. Je coche ma liste point par point et je ne commence le prochain que si j’ai fini celui que je suis en train de faire. On ne bâcle pas les tâches à faire, on prend son temps. Si on bâcle, ce sera mal fait et en plus d’être fatigué par la charge de travail, on culpabilisera de ne pas avoir été performant et/ou productif. Je note aussi beaucoup dans mon bujo tout ce que j’ai à faire, même les choses futiles. Le dimanche soir, j’essaie de penser à tout ce que je dois faire dans ma semaine et je note tout, je répartis sur différentes journées pour ne pas me retrouver à tout faire le même jour. Dans la semaine, si des tâches se rajoutent, il me suffit de continuer à répartir aux jours suivants. Mais vraiment tout noter et prendre son temps.

SSS.png

Je continue mes activités. Même si j’ai besoin de dormir, de faire une sieste, j’essaie de persister sans forcer. Parce que si je fais une sieste, je vais être encore plus patraque, moins concentrée – après ça dépend des personnes, peut-être qu’une sieste vous sera bénéfique là où ça ne va pas l’être pour moi. Alors je mets en place des phases d’activités. Un peu de jeu sur l’ordinateur, un peu de dessin devant un film, un peu d’écriture sur un article. Un peu de chaque. Ce sont des activités qui me détendent et j’ai juste décidé de les pratiquer dans un rythme moins soutenu, avec plus de liberté et de pause et ça marche. J’avais tendance avant à écrire plusieurs articles dans une même journée, dessiner sur ma tablette jusqu’à ce que ma tête explose de fatigue mais c’était totalement contre productif. Alors on continue les activités mais version douceur.

Pour ceux qui ont un chien, c’est aussi très bénéfique. Bon, ça peut être très fatiguant au début, de l’éduquer, de s’en occuper, de le sortir plusieurs fois par jour, de jouer avec lui, etc. Mais moi j’y ai trouvé un certain apaisement. Je m’occupe de la sortie du matin, après ma séance de yoga et ça finit de me réveiller et de me mettre en joie pour le reste de la journée. Chaque sortie dehors avec lui me revigore. Ses câlins sont très apaisants et sa petite tête me met toujours de bonne humeur.

SS.png

Je m’écoute aussi, beaucoup. Je dois ça au yoga et à la méditation. Apprendre à s’écouter, à écouter son corps, ses envies. Ça me guide dans mes choix et je réussis à prendre de meilleures décisions. Je ne m’arrête jamais complètement parce que je suis une pile électrique et que j’ai besoin de toujours faire quelque chose mais je m’écoute et je ralentis – ce qui rejoint le prendre son temps. J’ai beaucoup appris en laissant plus de liberté à mon corps, en apprenant à le connaître, lui et son fonctionnement. Je suis du coup plus à l’aise avec le monde qui m’entoure même si c’est toujours un peu compliqué certains jours. Mais, encore une fois, si c’est compliqué, je m’écoute et je passe à autre chose. Demain est un autre jour.

Alors, oui, comme beaucoup me disent, j’ai vingt-cinq ans, pourquoi tu serais fatiguée. Je n’ai peut-être que vingt-cinq ans mais j’ai déjà vécu pas mal de choses, je me connais aussi plutôt bien et je sais que je peux vite fatiguer ou être en décalé. Le monde bouge très vite et bien que je sois un brin hyperactive, je ne bouge pas aussi vite. Alors parfois je peux être très en forme pendant une longue période, toujours être de bonne humeur, tout gérer à la perfection et d’autres fois je peux être une véritable boule de fatigue, mon hypersensibilité prenant le dessus. J’ai appris à vivre à ce rythme mais je me suis dis que peut-être certains d’entre vous étaient dans ce cas et j’ai voulu partager mes petites astuces. Prenez du temps pour vous surtout.

Signature 1

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s