Avancer.

Pendant très longtemps, j’ai attendu. Attendu que les gens viennent vers moi, qu’ils changent, qu’ils fassent des efforts. J’ai attendu et attendu et attendu, pour le plus souvent m’arrêter au pied d’un mur. Avec le travail que j’ai effectué ces dernières années sur moi-même, j’ai appris à continuer mon chemin. A longer le mur et ne prendre que ce qu’il y a à prendre. Parfois même à ne plus passer à côté de ce mur et couper les ponts avec la personne concernée.

Quand la personne ne fait pas partie de notre famille ou cercle proche, il est facile de tourner la page et avancer. On se dit que c’est tant pis pour elle, et que le jour viendra où elle le regrettera et peut-être qu’elle reviendra et la vie reprendra où on l’avait laissé. Ou peut-être que c’est nous qui relancerons la personne. Et si le lien ne reprend pas alors ce sera seulement de bons souvenirs. Mais en aucun cas il ne faut attendre quelque chose. Avancez et ce qui doit arriver arrivera.

C’est plus dur quand il s’agit de la famille et c’est ce que j’ai essayé de travailler pendant des années. La toute première fois où j’ai réussi à faire un pas en avant, c’était l’année où j’ai eu tous mes problèmes de santé. J’ai eu un trop plein, pas assez d’efforts faits en face, trop de mon côté et je me suis épuisée. A tel point que j’ai dis stop, j’étais arrivée au point de non-retour. J’ai toujours eu peur de le regretter mais les seules fois où revenir m’a traversé l’esprit, il y a toujours eu quelque chose pour me montrer que j’avais fait le bon choix. Celui de penser à moi avant toute chose. Mais quand c’est la famille c’est toujours extrêmement dur. Parce que même si couper les ponts s’est fait assez naturellement, il m’a fallu quelques années derrière pour me couper aussi l’esprit de cette situation. Chaque évènement continuait à me toucher et j’avais beaucoup de mal à prendre du recul. Aujourd’hui, je n’ai plus aucune émotion concernant ces personnes, ni haine, ni regrets, ni colère. Notre relation est neutre et inexistante et c’est l’équilibre qu’il me fallait pour cette situation là.

En revanche, je n’ai pas réussi à faire ça avec tout le monde. Ils sont un cas à part et je n’avais pas envie de mettre la moitié de ma famille derrière un mur et ne plus avoir de contact avec eux, ça me paraissait compliqué et douloureux. J’ai donc pris sur moi pendant des années, attendant patiemment un signe, un changement, quelque chose. Au fur et à mesure des années, de la prise de confiance en moi, de ma maturité grandissante et de mon changement de vie, j’ai enfin réussi, depuis quelques mois, à accepter. J’accepte de laisser partir, de laisser vivre et je prends ce qu’il y a à prendre. Je n’y arrive pas encore pour tout le monde, parce que tout le monde ne m’a pas habitué à la déception dès le plus jeune âge, mais j’y travaille.

J’ai appris qu’il fallait prendre soin de soi, plus que tout. Laisser partir, profiter du moment présent, avancer. Si quelqu’un ne donne pas de nouvelles, ne courrez pas pour en avoir – bien sûr vous pouvez aussi aller vers les gens, il faut seulement que la relation fonctionne dans les deux sens. Je pars du principe que si les gens ne sont là que lors de mes défaites ou seulement lorsque tout va bien, alors je prends de la distance. On m’aime ou on ne m’aime pas mais on ne choisit certainement pas une facette préférée.
Je suis peut-être trop entière, trop sensible, trop exigeante, trop beaucoup de choses. Mais j’ai décidé depuis quelques mois de prendre du recul sur certaines personnes, de prendre ce qu’il y a à prendre et je vous assure qu’on vit beaucoup mieux ! Alors avancez !

66396434_346776782911871_909061829999722496_n.jpg

Signature 1

10 commentaires sur “Avancer.

  1. Je me retrouve beaucoup dans ton billet, j’en suis arrivée à la même conclusion. Comme toi je ne vois plus du tout certaines personnes de ma famille et si ça a mis du temps, aujourd’hui je n’éprouve aucune émotion par rapport à cette situation. Pour les amis, quand je constate qu’ils ne manifestent que très peu d’intérêt en dehors de périodes de drama ou de grande joie, je laisse la relation mourir ou je bloque. Je suis ma priorité ! On met du temps à comprendre que notre priorité c’est soi. Ce n’est pas de l’égoïsme, c’est du self love !

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime beaucoup ton article. Je n’attends plus rien de personne depuis un an et je me trouve, ou retrouve. j’avance à mon rythme et c’est parfait . Bonne continuation et prends soin de toi …

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s