7e art

Detroit

171013_....multimediablogs171012Detriotmoviepostertrailer2017

Bonjour

Il y a une semaine, nous nous sommes accordés une petite soirée en amoureux. Entre nos boulots, la recherche d’appartements et le blog, on n’arrête pas ! Alors quoi de mieux que de s’organiser un moment rien qu’à nous, un petit cinéma suivi d’un KFC, histoire de se retrouver et de profiter d’une soirée calme. Nous sommes allés voir Detroit, après  que notre curiosité ait été touchée lorsqu’on a vu la bande-annonce dans l’émission Quotidien un soir. En général, on est plutôt du genre à aller voir les derniers Marvels sortis ou autres blockbusters américains ou même (plus rarement) des dessins animés. Pour une fois, nous nous sommes laissés tenter par un drame inspiré de faits réels, celui-ci réalisé par Kathryn Bigelow (qui a aussi réalisé Point Break, entres autres).

Je connais très peu l’histoire de Détroit d’un point de vue historique. Je connais seulement ce que j’ai appris à l’école : la ségrégation raciale, les émeutes, Rosa Parks ou encore Martin Luther King. Finalement, on en apprend assez peu en cours d’histoire et je trouve ça dommage. Après, je ne sais pas si à cet âge-là on se rend vraiment compte de tout ce qui a pu se passer, de l’importance des actes et la répercussion des paroles sur la société d’aujourd’hui. Ce film m’a éclairé sur ce drame et nous a vraiment immergé dans cet évènement.

06cc9bbab1d245aba6c43cc3c913bc0f_22521a8f9e9447f7b951c7ad30c488d1_header.jpeg

Casting : John Boyega, Will Poulter, Algee Smith, Anthony Mackie…

Résumé : Ete 1967. Les Etats-Unis connaissent une vague d’émeutes, notamment à Détroit où le climat est très dur à supporter depuis deux jours. Une nuit, à proximité de ces émeutes, des coups de feu sont entendus par la garde nationale. Les forces de l’ordre encerclent l’Algiers Motel d’où semblent provenir les détonations. Ne suivant aucune procédure, les policiers soumettent une poignée de clients de l’hôtel à un interrogatoire vicieux pour extorquer leurs aveux. Le bilan sera très lourd…

Ce film est d’une force inouïe. Il est également assez violent (d’ailleurs interdit au moins de douze ans et je pense que c’est très justifié). Ce film dramatique et historique est très bien produit et mis en scène. Sa particularité est qu’il inclut des photos et des films d’archives. Ca donne un côté très réaliste à l’histoire et ça nous donne l’impression d’en faire partie, d’assister, impuissants, à ce massacre. Âmes sensibles s’abstenir parce qu’autant on a conscience que les morts que l’on voit dans le film, c’est du cinéma, mais il faut savoir qu’ils montrent également des images d’archives où l’on voit plusieurs blessés graves ou pire encore. Je ne rentre pas dans les détails des photos, mais ça m’a mis très mal à l’aise, à la limite de me soulever le cœur certaines fois.

Le film est construit de manière suivante : l’installation de l’histoire, du contexte où on assiste au début des débordements et des pillages pour se rendre compte de ce qu’il se passe. Puis c’est la mise en place d’une scène qui durera plus de la moitié du film. Et enfin pour finir, un procès qui jugera ce qui s’est passé. Le contexte est assez long pour qu’on ait bien tous les éléments en main mais pas trop pour qu’on ait le temps de s’ennuyer. Puis la scène principale se dévoile. Elle se passe dans un hôtel et met en scène des policiers peu conventionnels qui arrêtent des clients suspectés d’avoir tiré sur la police. S’ensuit alors une scène d’une bonne heure et demie environ, dans laquelle aucune musique de fond ne se fait entendre. Tout n’est que tension et personnellement j’étais au bord de l’angoisse. Ça met vite mal à l’aise et sous pression et honnêtement, pendant toute cette scène-là, je n’ai pas entendu un seul popcorn ou un seul vibreur de téléphone. Tout est très bien tourné, les acteurs sont incroyables et l’atmosphère recréée est à couper le souffle. Pour finir, je ne dévoilerai bien sûr pas la fin, mais on arrive au procès qui démêlera la scène principale.

detroit_movie_photo_annapurna_pictures_and_francois_duhamel.jpg

Je suis sortie de la salle, quasiment en état de choc et dans un état second. Le temps que je reprenne mes esprits et que je me rende compte que je venais de voir un film incroyable. On a réellement fait un bon dans le temps de cinquante ans et on a été spectateur de ces injustices, sans rien pouvoir faire. C’était un film certes, ce n’était que du cinéma, mais personnellement je me suis sentie impuissante et sous pression pendant toute la durée du film.

Je le conseille vraiment, mais allez-y en pleine conscience, je ne pensais pas qu’on verrait des images aussi violentes. Je préfère que vous soyez prévenus. Après je suis assez sensible, je me souviens d’un film qui m’avait marqué adolescente, dans ce style-là et qui m’avait profondément choqué (American History X pour les curieux, un film fort mais très dur), donc je préfère vous avertir au cas où il y aurait des personnes aussi sensibles que moi.

Sans titre

Signature flowers

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s